Démarche artistique

La photographie me sert à explorer les aspects « capsulaires » de notre société. On trouve beaucoup d’ensembles architecturaux, où l’espace est clos et contrôlé : communauté éloignée, village thématique… Ces espaces sont régulés et complètement contrôlés. Ce qui m’intéresse et me fascine dans ces univers est l’humain qui y circule et qui évolue socialement à l’intérieur de cette sphère.

Tout au long de l’exploration de différents milieux fermés sur eux-même, j’ai axé ma photographie sur la quotidienneté, sur la représentation de gens qui s’y trouvent. J’exploite essentiellement la thématique du portrait, car pour moi elle permet une grande liberté d’expression et elle soulève diverses interrogations quant aux enjeux identitaires. Charles Grivel décrit le portrait comme la convergence de l’être et de sa ressemblance.

Je ne peux toutefois dissocier l’environnement dans lequel se trouve le sujet que je photographie et sa représentation, car celui-ci définit l’identité des individus. Ils deviennent les acteurs d’une scène que j’improvise dans mon viseur. C’est ainsi que j’ai réalisé Héros moderne en 2011, où je transformais la ville de Sainte-Thérèse en plateau de tournage, répandant la rumeur du passage d’un cow-boy mystérieux dans la ville. En septembre 2012, je participe à l’événement sur l’art et la nourriture ORANGE, avec un projet intitulé À mon dernier repas. J’ai également produit une œuvre en collaboration avec le centre de détention de Longuenesse en France et le musée Louvre-Lens. J’ai créé des portraits de détenus inspirés de tableaux du célèbre musée parisien. Jeux du nord fut produit en 2013 dans le grand nord canadien, à Inukjuak. Il explore la vie quotidienne et la question identitaire des adolescents de ce village.