Résidence à Lorient

/// Géographies Variables, programme de résidence
Planifié sur deux années, jusqu’à 2011, ce programme d’échanges croisés permet à 24 artistes français et québécois lors de résidences artistiques, de produire des pièces dans le domaine de l’art en réseau et de créer un réseau de recherches dont les propositions produites seront diffusées sur le site d’incident.net (http://incident.net/geo) puis lors d’une exposition rétrospective en France et au Québec.
Aujourd’hui, 6 lieux participent à ce programme : la chambre blanche (Québec), l’agence Topo (Montréal), Séquence (Chicoutimi-Lac St Jean), Labomédia (Orléans), l’Enclos du port (Lorient), Incident.res (Briant-Bourgogne).
Dispersés géographiquement sur les deux territoires, ces lieux ont chacun leurs spécificités et permettent aux artistes en résidence de choisir un contexte qui leur convient. Qu’ils soient centres d’arts, laboratoires de recherches spécialisés dans les nouveaux médias ou encore écoles d’arts, ils constituent un réseau de compétence et de recherche travaillant autour d’une thématique définie mais volontairement ouverte. La thématique tire son nom du programme lui-même. En effet, travailler dans le cadre de «Géographies variables», c’est aborder des domaines dont la variabilité et la mutation sont quasi quotidiennes : cartographie, flux, stock, distance, architecture, contour, local/global, genre, géopolitique, langage, écologie, anthropocentrisme…
Les sessions ont lieu de février 2010 à juillet 2011 et accueillent des artistes et chercheurs français & québécois de toutes disciplines qui désirent réfléchir et se concentrer sur des activités de recherche, de création ou de production faisant appel aux arts médiatiques et aux nouvelles technologies, notamment sur internet, tout en prenant en compte le contexte environnant.

/// L’enclos du port à Lorient, projet artistique et pédagogique
Leur temps de travail s’articule en deux moments qui dialoguent constamment : la production et la restitution. Il ne s’agissait pas de voir la production comme un élément détaché du résultat final ou de la restitution du projet d’art. Ainsi, les deux lieux de production complémentaires permettent ce dialogue : l’école supérieure d’art et l’hôtel Gabriel, ancien bâtiment de la Compagnie des Indes situé dans l’Enclos du port.
Les artistes investissent trois salles contiguës de l’hôtel Gabriel. Elles constituent un grand espace ouvert permettant d’expérimenter diverses pistes, de présenter une restitution « in progress » des projets et d’accueillir des interlocuteurs, étudiants ou public. Cet espace est envisagé comme un atelier dédié à la recherche, aux séminaires, aux temps de rencontres et d’échanges autour des problématiques liées à l’image et aux nouvelles technologies.
Outre les moyens matériels et humains mis à disposition par l’école supérieure d’art pour chaque artiste en arts visuels, un Atelier de Recherche et Création à destination des étudiants de l’école est mis en place durant la résidence.
Durant les trois dernières semaines de résidence (du 2 au 25 avril – 2011), un deuxième espace dédié à la démonstration, est mis à leur disposition au sein de l’hôtel Gabriel. Ouvert sur la ville, il a accueilli diverses propositions liées aux nouveaux médias, ainsi qu’une exposition restituant le résultat des recherches des artistes. Un espace contigu reçoit la diffusion des projets d’installations réalisées par les étudiants de l’école lors de l’atelier de recherche et création.

http://www.incident.net

/// Le projet :
Pour le programme de résidences Géographies variables, je propose un projet qui possède comme axe de recherche une étude des déplacements du poisson sur le territoire français. Le point de départ sera le port Kéroman de Lorient. Je veux ainsi cartographier les déplacements, ou comme je le nomme, la migration du poisson sur terre. À l’aide de GPS je veux suivre les déplacements des poissons sur le territoire français. Nous pourrons éventuellement comparer cette course vers l’assiette à la course nautique du « Trophée Jules Verne ». La course à la fraîcheur, vers le consommateur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *