Un dimanche après-midi à Sainte-Thérèse

L’important, c’était de ne pas se décourager.
Henry reçu, un soir de semaine, une correspondance qui lui redonna espoir.

Monsieur Henry,

Je vous écris, car je crois pouvoir vous aider.

Madame Lanctot.

Henry me téléphona.

« Je vais voir un dame, qui va peut-être me apprendre des choses sur my origines. »

« Tu venir avec moi? »

« oui avec plaisir »

Je m’empressai de prendre caméra et carte opus pour rejoindre mon valeureux cowboy.

Nous sommes donc arrivés à l’appartement de cette dame.
Un café et une limonade nous y attendaient.

« Je crois pouvoir vous aider, Monsieur Henry, j’ai connu dans ma jeunesse un jeune garçon. »
« Il me racontait souvent que ses ancêtres avaient conquis l’ouest du Canada. »

« J’ai une photo de lui, il s’appelait John.
Toutefois, je n’arrive plus à me souvenir de son nom de famille. »

« Prends la photo, elle va surement t’aider. »

Henry prit le temps de jouer une partie de 31 avant de continuer ses recherches.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *